Une ASBL culturelle visée par une opération de police: scandale en vue?

© photo news.

La police fédérale, soutenue par la police bruxelloise, a mené vendredi soir une opération de contrôle au siège de Globe Aroma, une association artistique qui accueille des sans-papiers à Bruxelles. Plusieurs d'entre eux ont été arrêtés, provoquant l'ire du monde culturel et du ministre flamand Sven Gatz (Open VLD).

Sur les sept personnes interpellées vendredi soir, une d'entre elles a été remise en liberté, deux ont été envoyées en centre fermé et quatre ont reçu l'ordre de quitter le territoire, indique Le Soir lundi. Parmi les personnes arrêtées figure notamment un artiste qui exposait ses œuvres d'art ce soir-là à l'Espace Vanderborght, rue de l'Ecuyer.

Pierre Slosse, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Ixelles, a justifié un contrôle classique sur la législation. "Le contrôle cible la personne morale, mais les personnes présentes sont aussi contrôlées" expliquait-il vendredi en précisant que "des personnes ont ici été privées de leur liberté parce qu'elles étaient là sans titre de séjour."

Mais selon la directrice de Globe Aroma, les policiers visaient essentiellement les réfugiés, en les traitant "comme des criminels", s'est insurgée Els Rochette sur la RTBF.

"Ceux qui dirigents des armes vers des musiciens franchissent une frontière"
Le monde culturel est monté au créneau lundi pour dénoncer cette opération policière. Ainsi, une dizaine de responsables d'institutions culturelles flamandes bruxelloises ont signé lundi dans le quotidien De Standaard une carte blanche pour protester contre cette opération. "Ceux qui dirigent des armes vers des personnes qui jouent de la musique ou répètent une pièce franchissent une frontière", peut-on notamment y lire.

Le ministre flamand de la Culture Sven Gatz (Open VLD) a réagi également à ces interpellations qu'il juge "brutales" et "violentes." Pour M. Gatz, cette opération, probablement menée dans le cadre du plan Canal à l'initiative de la police judiciaire fédérale, pouvait certes être tenue, au regard des contrôles nécessaires sur les associations, mais avec respect, "et non de manière brutale et violente comme cela a été le cas lors de la descente chez Globe Aroma".

"Des principes comme la transparence, la proportionnalité et le caractère professionnel doivent être hautement respectés lors de toute inspection, et aussi par la police et les inspections sociales", a-t-il ajouté.

Il rappelle que ce n'est pas aux maisons culturelles et autres associations de demander l'identité de leurs visiteurs, et que ce ne peut être un objectif pour la police que celle-ci, dans le cadre d'un soutien à une inspection sociale, en arrive à l'arrestation ou l'expulsion de personnes qui ne peuvent présenter de documents de séjour en règle.

M. Gatz assure qu'il contactera à cet égard les ministres fédéraux de l'Intérieur, de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Lutte contre la fraude sociale, avec qui il réclame un dialogue.

Rédaction avec Belga 12/02/18 - 13h57