Le PS accuse le gouvernement de "manipuler les chiffres"

© belga.

"Soit le gouvernement de Charles Michel fait de la magie, soit il manipule les chiffres", a dénoncé le président du PS Elio Di Rupo commentant les résultats du contrôle budgétaire présentés dimanche à la presse.

Ce dernier a retracé la ligne du temps depuis la confection du budget 2017 en octobre, un exercice présenté comme "risqué" un mois plus tard par la Commission européenne, et à l'égard duquel le comité de monitoring pointait un dérapage d'un milliard d'euros il y a neuf jours.

"Soit tout a changé et les prévisions sont énormément plus favorables en neuf jours, au point que ce trou d'un milliard d'euros a disparu, comme par magie, soit le gouvernement a trouvé des petits arrangements avec les chiffres, ce ne serait pas la première fois", a fustigé Elio Di Rupo, rappelant les rappels à l'ordre de certaines institutions dont la Cour des comptes.

Observant que les investisseurs du Bel 20 engrangeaient des "dividendes records" augmentant de 22%, le président du PS a par ailleurs estimé que "si le gouvernement de Charles Michel avait eu un peu de courage, ce budget aurait pu être sérieux et juste, en mettant à contribution les revenus du capital".

John Crombez, président des socialistes flamands. © belga.

"Le gouvernement n'a pas tenu compte de ce que la population endure"
Les formations de la majorité fédérale n'ont en rien tenu compte de ce que la population endure face à la hausse des prix et des factures dans l'ajustement budgétaire, a déploré dimanche le président du sp.a John Crombez.

Pour le président du sp.a, la N-VA, le MR, le CD&V et l'Open Vld "n'ont pas la moindre conscience de ce qui se passe actuellement dans la population. Nous sommes le pays où les prix et les factures augmentent le plus; une personne sur cinq n'arrive plus à payer sa facture d'électricité, un nombre record de personnes sont confrontées aux dettes et les économies dans les soins de santé mènent à une hausse du prix des médicaments et à des tarifs plus élevés des prestation de kinésithérapie. Mais dans les discussions budgétaires, il n'y a rien eu de tout cela", a commenté John Crombez au cours de l'émission "De zevende dag" (Eén - VRT).

John Crombez a par ailleurs fait remarquer que l'exercice d'ajustement décidé au cours du week-end ne ramènerait nullement durablement le déficit sous la barre des 1%, contrairement à ce que laisse entendre la majorité. Renvoyant au taxshift qui doit encore en partie être financé, il a évoqué "un déficit de plusieurs milliards qu'ils ont créé, mais qui n'est pas financé. Des élections se profilent et ils ont arrêté de mettre de l'ordre dans le budget", a-t-il conclu.

Par: rédaction 19/03/17 - 12h51