Pascale Peraïta pourrait réclamer des indemnités de départ

© photo news.

Selon la RTBF, l'avocat de l'ex-présidente du CPAS de Bruxelles Pascale Peraïta, a informé le président démissionnaire du Samusocial, Michel Degueldre de l'intention de sa cliente de mettre un terme au congé sans solde qui lui avait été octroyé en tant que directrice lorsqu'elle est devenue présidente du CPAS de la Ville de Bruxelles. "La majorité PS-MR porte une lourde responsabilité dans cette catastrophe annoncée", a aussitôt réagi le député Ecolo Alain Maron, à l'origine des premières interrogations sur les modalités d'attribution des jetons de présence au sein de l'asbl.

Selon la RTBF, l'avocat de Pascale Peraïta a adressé un courrier à Michel Degueldre le 1er septembre dernier, informant le CA de l'intention de sa cliente de mettre fin à son congé sans solde en tant que directrice du Samusocial dès qu'aura pris fin son mandat d'administratrice-déléguée.

Toujours selon la RTBF, il est peu probable que Mme Peraïta envisage de réintégrer le Samusocial. Le courrier de son avocat a plus probablement pour objectif de préserver les droits de l'ancienne directrice à une indemnité de préavis en cas de licenciement.

Pour le député Alain Maron, c'est l'histoire d'une "catastrophe annoncée" - ndlr: on a appris l'existence de ce congé sans solde et de la possibilité juridique d'un retour de Pascale Peraïta à la direction de l'asbl, lors des travaux de la commission d'enquête.

Il appartient à ses yeux à la majorité PS-MR de la Ville, qui a pris la responsabilité politique de la désigner à la présidence du CPAS, de trouver une solution pour que ce scénario ne se produise pas. "Il est en tout cas hors de question qu'elle revienne à la direction du Samusocial et/ou que les pouvoirs publics doivent payer à Mme Peraïta des indemnités de sortie", a-t-il insisté.

Toute procédure doit être lancée pour empêcher le retour de P. Peraïta
"Toute procédure juridique doit pouvoir être initiée afin d'éviter un retour de P. Peraïta au Samusocial et tout paiement d'indemnités", a commenté mercredi soir le chef de file libéral Vincent De Wolf.

Pour lui, le MR de la Ville de Bruxelles n'a aucune responsabilité dans ce cas de figure, contrairement à ce juge le député Ecolo Alain Maron.

La mise en congé sans solde de Pascale Paraïta au sein du Samusocial incombe "aux seuls administrateurs, tous socialistes, au sein de cette asbl". M. De Wolf a ajouté qu'il revenait au gouvernement bruxellois de prendre ses responsabilités et de convoquer sans délai l'Assemblée Générale du Samusocial.

Par: rédaction 13/09/17 - 18h21