Quelque 500 Catalans à Bruxelles pour soutenir les leaders indépendantistes

Environ 500 personnes ont manifesté dimanche midi dans le parc du Cinquantenaire pour soutenir le gouvernement catalan déchu et les anciens ministres placés en détention. Maria Serret i Aleu, Antoni Comín i Oliveres et Clara Ponsatí i Obiols, trois anciens conseillers (ministres) actuellement réfugiés à Bruxelles, étaient également présents. "L'Europe doit nous écouter", ont-ils fait valoir. "Nous remporterons cette bataille de manière démocratique."

"Nous sommes venus ici pour faire comprendre au gouvernement espagnol qu'il ne pourra pas nous faire taire", a déclaré l'ex-conseillère catalane de l'Agriculture Maria Serret i Aleu.

"Nous avons le droit de choisir notre propre destinée. Il s'agit d'un projet positif, pour une meilleure société, pour plus de justice, pour plus de démocratie. Malgré la cruauté et la répression à laquelle nous avons été confrontés, les Catalans sont toujours demeurés pacifiques. C'est notre grande force, et c'est pourquoi nous finirons par triompher. Voilà pourquoi il est important que tout le monde reste serein et déterminé."

Son collègue à la Santé, Antoni Comín Oliveres, n'a quant à lui pas ménagé ses critiques envers Madrid. "L'Union européenne a été bâtie afin de s'assurer que le fascisme et le totalitarisme ne reviennent jamais", souligne-t-il.

"Mais en Espagne, il y a actuellement un combat entre la démocratie et l'autoritarisme. Une démocratie mature résout un problème comme celui de la Catalogne en ayant recours à un referendum, et non par les tribunaux. L'Espagne a un gros problème démocratique. Hier, un million de personnes ont défilé pour demander la libération de nos collègues. C'est la meilleure preuve du fait qu'ils sont des prisonniers politiques."

L'ancien conseiller appelle dès lors ses concitoyens à aller voter le 21 décembre prochain dans le cadre du scrutin régional, afin de librement faire entendre leurs voix.

Par: rédaction 12/11/17 - 14h53