Le roi d'Espagne affiche son soutien aux juges catalans

© epa.

Le roi d'Espagne Felipe VI a exprimé lundi son soutien aux juges, "facteur essentiel du respect de la loi", lors d'une visite en Catalogne, en présence du juge ayant inculpé 13 indépendantistes catalans pour "rébellion".

"Je suis conscient - et nous le sommes tous - de la difficulté et de la grande responsabilité que comporte votre fonction", a dit le souverain à une nouvelle promotion de juges lors d'une cérémonie de remise de diplômes.

"Soutien de la Couronne"
Le souverain a loué le travail du juge, "garantie ultime des droits et facteur essentiel pour le respect de la loi", avant de conclure: "Vous pourrez toujours compter sur la confiance et le soutien de la Couronne".

Crise catalane
Le président de la Cour suprême, Carlos Lesmes, a fait allusion à la crise catalane en disant aux nouveaux juges: "Vos collègues sont en train de répondre avec la fermeté nécessaire aux défis qui se présentent en des temps particulièrement troublés et compliqués". Etait présent le juge d'instruction de la Cour suprême Pablo Llarena, très critiqué dans la région pour avoir inculpé 13 dirigeants indépendantistes pour "rébellion".

Manifestation
Quelques centaines de militants indépendantistes ont manifesté aux abords de l'auditorium, à l'appel des Comités de défense de la république, groupes indépendantistes radicaux, sans heurts avec la police qui ceinturait le bâtiment. Certains manifestants ont crié "liberté pour les prisonniers politiques" mais aussi des insultes envers le souverain, aux cris de "dehors le Bourbon". L'un d'eux a brûlé une photo du roi.

© epa.
© reuters.
© afp.
© reuters.
© reuters.
© getty.

Carles Puigdemont

Carles Puigdemont, le ministre-président catalan destitué et vivant en exil, est parvenu à adoucir les conditions liées à sa sortie de prison en Allemagne, ont assuré lundi plusieurs fonctionnaires du département allemand de la justice.

Remise en liberté
M. Puigdemont avait été arrêté le 25 mars dernier en Allemagne sur base d'un mandat international émis par Madrid. Il avait néanmoins pu quitter vendredi sa prison de Neumünster dans l'attente d'une éventuelle remise à l'Espagne.

Libération sous conditions
Il a demandé et obtenu de la justice allemande de se présenter toutes les semaines auprès de la police à Berlin plutôt qu'à celle de Neumünster, a indiqué une porte-parole de la haute cour de justice du land de Schleswig-Holstein. Samedi, M. Puigdemont a indiqué vouloir s'établir à Berlin le temps que la demande de remise introduite par l'Espagne soit examinée.

Carles Puigdemont est autorisé à se déplacer à sa guise en Allemagne mais ne peut quitter le pays.

© ap.
© reuters.
© afp.
© afp.

Par: rédaction 9/04/18 - 15h42