Facebook veut lire vos pensées

© thinkstock.

Facebook a dévoilé mercredi un projet visant à décoder des pensées directement dans le cerveau et à les transformer en message écrit, sans avoir à parler ou utiliser un clavier.

"Et si vous pouviez taper directement depuis votre cerveau? Ca a l'air impossible, mais c'est plus proche que ce que vous pouvez imaginer", a indiqué Regina Dugan, une responsable de Facebook, lors de la conférence annuelle du groupe pour les développeurs d'applications (F8) organisée à San José en Californie.

Elle a expliqué que Facebook avait constitué une équipe de plus de 60 scientifiques et ingénieurs, spécialisés dans les technologies d'intelligence artificielle permettant de comprendre le langage, les systèmes d'imagerie cérébrale et les prothèses neurologiques.

L'objectif est d'arriver dans les deux prochaines années à créer un système capable de décoder des mots dans la partie du cerveau qui héberge le centre du langage, et à les transcrire directement sur un ordinateur à la vitesse de 100 mots par minute, soit 5 fois plus vite que le temps nécessaire aujourd'hui pour les taper sur un écran tactile de smartphone.

Le système ne nécessiterait pas d'électrodes implantées chirurgicalement, mais "des capteurs non invasifs", qui n'existent pas aujourd'hui.

"Un jour, nous voulons le transformer en une technologie portable, qui puisse être produite à grande échelle", a indiqué le patron-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, dans un message publié sur le réseau social.

Cela "pourrait un jour devenir une prothèse de langage pour les personnes souffrant de troubles de la communication, ou un nouveau moyen de donner des instructions dans la réalité augmentée", a fait valoir Regina Dugan.

Elle a ensuite décrit un autre projet futuriste qui permettrait "d'entendre avec la peau": tout comme l'oreille humaine transforme les mots et les sons en fréquences qui sont transmises au cerveau, l'idée serait de transmettre directement ces fréquences en les faisant ressentir à l'utilisateur sur sa peau.

Regina Dugan a reconnu que développer ce type de technologies prendrait probablement des années. Mais "un jour, dans pas si longtemps, il pourrait être possible pour moi de penser en mandarin, et pour vous de le ressentir immédiatement en espagnol", a-t-elle dit.

Par: rédaction 20/04/17 - 06h22