"McGregor est menacé par la mafia irlandaise, sa vie est en grand danger"

© photo news.

Impliqué dans une bagarre dans un bar de Dublin avec le père d'une figure criminelle de la mafia irlandaise, Conor McGregor serait dans de sales draps, d'après les propors d'un journaliste spécialisé. Le champion MMA pourrait même craindre pour sa vie.

L'agression aurait eu lieu dans un bar de Dublin, The Black Forge. Aucune preuve que ce conflit a bel et bien existé, même si plusieurs témoins se sont manifestés pour confirmer la véracité de la scène. Le gang des Kinahans réclamerait 900.000 euros de rançon à McGregor pour que l'affaire n'aille pas plus loin. Selon Paul Williams, journaliste spécialisé dans les gangs, ce groupe mafieux irlandais n'est pas à prendre à la légère, bien au contraire.

"McGregor est entré en conflit avec un groupe très, très dangereux, lié avec les Kinahans. Ces gens se moquent totalement de qui est Conor McGregor, de ce qu'il représente et de son pouvoir. Si dans les 48 heures il est toujours dans le pays - et je comprendrais qu'il soit parti - la police l'avertira des menaces dont il fait l'objet. C'est une affaire très sérieuse. Imaginez ce qu'il adviendrait de la réputation de la police irlandaise si une icône nationale était attaquée par une bande de gangsters...", affirme le journaliste dans l'émission radio Newstalk.

"Peu importe si c'est une icône du sport"
L'homme pense que les menaces sont à prendre avec le plus grand sérieux, même s'il s'agit de Conor McGregor. "Je pense qu'il est en très, très sérieux danger. Vous devez vous souvenir que ces personnes n'ont aucune limite et ne font aucune différence entre une icône du sport international ou juste un homme dans la rue. Ils vous attaquent, vous tirent, ils font tout ce qui leur plait."

Dana White, le président de l'UFC, a pour sa part affirmé qu'il ne croyait pas du tout à cette histoire farfelue. Des rumeurs disent par contre que McGregor a quitté l'Irlande dans la précipitation. Mais depuis, le combattant MMA s'est manifesté sur les réseaux sociaux comme si de rien n'était...

© photo news.
© afp.
© afp.

par Julien Collignon 30/11/17 - 14h58