Un scénario cruel pour le Standard

© photo news.

Défaite frustrante pour le Standard sur la pelouse de Krasnodar, ce soir, en Europa League (2-1). Tout avait pourtant si bien commencé pour le Standard qui a, grâce à Carcela, rapidement pris les commandes, et aurait même pu doubler la mise avant le repos. Mais les Rouches ont laissé passer leur chance et, comme souvent dans ces cas-là, l'addition est tombée en seconde période. Suleymanov et Wanderson ont renversé les Rouches à moins d'un quart d'heure du terme. Une désillusion pour les Rouches qui ont mené pendant 50 minutes sur la pelouse d'un séduisant Krasnodar, mais pas la fin du rêve européen: il faudra profiter de l'Enfer de Sclessin pour faire tomber Seville (vainqueur de justesse à Akishar ce soir), dans trois semaines, et entretenir l'espoir de passer l'hiver européen au chaud.

Le match

Comme à l'aller, le Standard avait décidé de laisser le ballon à l'adversaire dès le début de rencontre. Mais contrairement au match aller, Krasnodar n'est jamais (en première période) parvenu à se montrer réellement dangereux dans le rectangle d'Ochoa. Et c'est bien le Standard qui s'est ménagé les plus grosses occasions du premier acte. Après le but d'ouverture de Carcela, servi par une merveille de centre de Laifis, Lestienne (à deux reprises) et Mehdi Carcela, encore, ont eu le but du break au bout du pied (ou de la tête), mais ça n'a pas voulu rentrer.

Et la musique a changé dès le retour des vestiaires. Avec la montée au jeu de Pereyra et, surtout, et la montée en puissance de Wanderson, qui a fait vivre un cauchemar aux défenseurs liégeois pendant 40 minutes. Après des grosses occasions pour Claesson et Ari, Suleymanov, puis l'inévitable Wanderson ont fini par faire plier et craquer le Standard dans le dernier quart d'heure. Pas immérité sur l'ensemble de la rencontre, mais avec sa  prestation volontaire et courageuse, le Standard n'aurait pas volé un point. Et si les Rouches avaient pu convertir leurs occasions avant le repos...

© belga.
© belga.
© photo news.

Le moment marquant

La magnifique volée de Lestienne
L'ancien Mouscronnois est passé à côté de la montre en or, quelques minutes après le but de Mehdi Carcela. Un ballon en profondeur que Lestienne a repris en un temps d'une splendide volée. Il a fallu une grande parade de Safonov pour empêcher les Rouches de doubler la mise. Dommage pour les Rouches qui ont fini par payer leurs occasions manquées en fin de seconde période.

© photo news.

L'homme du match

Wanderson
S'il y avait un joueur de Krasnodar qui était plus motivé que les autres avant ce double affrontement contre le Standard, c'était sans aucun doute lui. Passé par le centre de formation du Standard, où son père a joué pendant trois saisons, Wanderson a été intenable ce soir encore. Il a fait tourner la tête de la défense liégeoise, surtout en seconde période, et sa prestation a été récompensée par un assist et un but. L'incontestable bourreau des Liégeois.

© reuters.

La stat

0
Le nombre de buts dans lesquels était directement impliqué Wanderson en 'Europa League avant le coup d'envoi du match contre le Standard ce soir(sur cinq matchs: deux l'an dernier, trois cette saison). Avec un but et un assist ce soir, le Belgo-Brésilien s'est réveillé au plus mauvais des moments pour le Standard.

© belga.

La décla

 
Avec l'énergie qu'on a mise dans ce match et vu le déroulement, on ne peut être que déçu. On a eu les possibilités de faire 0-2, mais on est dans une période où la récompense ne vient pas malheureusement.
Michel Preud'homme

Le tweet

© photo news.

La question

Le Standard peut-il encore se qualifier?
La réponse est évidemment oui. Mathématiquement, rien n'est fait. Mais les Rouches savent déjà que ce sera très compliqué. La mauvaise nouvelle c'est que même un six sur six pourrait ne pas suffire pour le Standard. Dans un groupe extrêmement serré, Séville et Krasnodar s'isolent en tête avec neuf unités, le Standard en compte six. Un scénario avec trois équipes à 12 points et le Standard (qui a la plus mauvaise différence de buts des trois) éliminé est donc réel.

"C'est simple, il faudra battre Séville. C'est facile à dire, mais difficile à faire. Il faudra réaliser un petit miracle", analyse Michel Preud'homme au micro de la RTBF. Le coach liégeois n'a pas oublié la claque que ses hommes ont reçue en terres sévillanes, mais, avec ce qu'ils ont montré à deux reprises contre Krasnodar, les Rouches auraient tort de ne pas croire en leurs chances. La mission des Rouches sera très difficile, mais pas impossible...

© belga.
© photo news.
© photo news.

Par: rédaction 8/11/18 - 20h45