Ces pays qui deviendront inhabitables en 2070

© getty.

Une étude alarmante du Massachusetts Institute of Technology (MIT) indique que certains pays vont devenir totalement inhabitables à l'avenir. En cause, le réchauffement climatique, qui rendra l'air irrespirable et mortel.

Les fortes chaleurs de ces dernières semaines ne peuvent nous laisser indifférent. Et tous les spécialistes s'accordent à dire que les températures moyennes vont encore augmenter durant les prochaines années. Le réchauffement climatique nous concerne déjà aujourd'hui.

Et si aucune mesure n'est prise, cela va s'empirer à coup sûr à l'avenir. Plusieurs pays pourraient devenir invivables d'ici une cinquantaine d'années, à cause de la chaleur et de l'humidité. C'est le cas de la Chine, notamment dans sa plaine nord qui englobe la ville de Pékin, province où habitent 400 millions de personnes. Elle pourrait devenir la zone la plus chaude du monde en 2070.

La chaleur qui vous tue en 6 heures
"Cet endroit va être le plus chaud pour les vagues de chaleur mortelles dans l'avenir, en particulier avec le changement climatique", explique le professeur Elfatig Eltahir du MIT, qui a dirigé l'étude, relayé par Le Parisien. 

Pour vous donner une idée, l'étude estime même que des personnes en bonne santé pourraient mourir en seulement 6 heures face à cette chaleur écrasante. 

Bangladesh et Pays du Golfe
Le Bangladesh est lui aussi un pays à risques. Le MIT avait déjà tiré la sonnette d'alarme en 2017, quand une précédente étude expliquait que le pays allait être confronté de plein fouet au réchauffement climatique. "L'augmentation des températures et de l'humidité en été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l'organisme humain à survivre sans protection".

En outre, Dacca, la capitale, est menacée par la montée des eaux. En 2070, il y a fort à parier que la ville qui héberge 11 millions de personnes sera totalement engloutie.

Enfin, les pays du Golfe vont eux aussi devoir se poser la question du climat, plombés par les émissions des gaz à effet de serre. "Des pics de température humide vont probablement frôler et dépasser le seuil critique", disait le MIT en 2015.

Par: rédaction 5/08/18 - 08h01