Des chercheurs belges récompensés pour leur travail sur le cancer du sein

© getty.

Noam Pondé et Matteo Lambertini, deux chercheurs à l'Institut Jules Bordet (Bruxelles), ont été récompensés d'un prix "Merit Award" pour leur travail sur le cancer du sein, délivré par la Conquer Cancer Foundation fondée par la Société américaine d'oncologie clinique (ASCO), annonce mercredi dans un communiqué l'établissement hospitalier. Ce prix récompense les projets et recherches qui constituent une avancée dans la lutte contre le cancer.

Les deux jeunes chercheurs sont à l'origine de deux études permettant de mieux comprendre les traitements par thérapie ciblée et les effets secondaires sur les patients.

La première étude, de Noam Pondé, concerne les patients atteints de cancer du sein de type HER2+ - qui représente 15-20% de tous les cas de cancer du sein - au stade métastatique. Ce travail, basé sur une banque de données de 1.961 patients, tend à démontrer que la thérapie ciblée (T-DM1) n'a pas de conséquences sur le système cardiaque, précise l'Institut Jules Bordet. Il est toutefois nécessaire d'évaluer de manière plus attentive au niveau cardiaque les patients plus âgés à qui ce traitement est administré.

Le projet de Matteo Lambertini porte quant à lui sur 92 patientes aux environs de 40 ans ayant un historique de cancer du sein de type HER2+ et qui ont été traitées par le passé par deux agents thérapeutiques qui "ciblent les récepteurs des cellules cancéreuses de type HER2+", le Trastuzumab et/ou le Lapatinib, et qui ont développé une grossesse pendant ou après ce traitement.

Deux conclusions ressortent de l'étude: d'une part, le fait que le traitement ait été administré par le passé n'a pas engendré de complications de grossesse et, d'autre part, cinq patientes ont entamé une grossesse non planifiée tandis qu'elles étaient sous traitement. L'administration de ce traitement durant le premier trimestre de grossesse n'a pas non plus entraîné de complications. "Cette dernière conclusion est toutefois mise en lumière avec réserves, compte tenu du nombre réduit de patientes étudiées", nuance le communiqué.

Par: rédaction 16/05/18 - 17h58