1.138 candidats ont réussi l'examen d'entrée en médecine et dentisterie

© belga.

Au total, 454 candidats ont réussi l'examen d'entrée en médecine et dentisterie de septembre en Fédération Wallonie-Bruxelles, annonce vendredi l'Académie de Recherche et d'Enseignement Supérieur (Ares). Ils s'ajoutent aux 684 déjà proclamés en juillet, soit, pour cette année, un total de 1.138 lauréats.

Le taux de réussite s'élève à 18,59% pour l'épreuve de septembre. Il est comparable aux examens de 2017 et de juillet 2018, à l'issue desquels environ 20% avaient décroché leur attestation de réussite.

Les participants à l'épreuve de septembre peuvent à présent prendre connaissance de leurs résultats individuels détaillés via leur compte en ligne.

Le 5 septembre dernier, plus de 2.400 jeunes s'étaient réunis à Brussels Expo pour tenter d'accéder aux études de médecine et de dentisterie.

Dans le détail, sur les 2.788 inscriptions enregistrées pour cette épreuve, 2.442 candidats ont été délibérés. Trois quarts d'entre eux présentaient une seconde fois l'examen, après l'avoir passé en juillet, et un quart avaient déjà pris part à l'épreuve de 2017. Parmi ces effectifs, on compte deux fois plus de candidates que de candidats, une tendance déjà observée en 2017 et que l'on constate aussi en Communauté flamande.

Les compétences des participants étaient évaluées dans quatre matières scientifiques (chimie, biologie, physique, mathématiques), d'une part, et dans quatre matières relatives à la communication et à l'analyse critique de l'information (raisonnement, communication, éthique, empathie), d'autre part, sous la forme de 120 questions à choix multiples.

Pour réussir, il fallait obtenir une moyenne d'au moins 10/20 pour chacune des deux parties et un minimum de 8/20 pour chacune des huit matières. Les candidats ont obtenu en moyenne 15,4/20 en communication. A l'inverse, la partie "physique" du questionnaire s'est révélée être la plus difficile avec une moyenne globale de 6/20.

Deux cas de fraude avérée
Après délibération, 454 candidats ont été proclamés lauréats par le jury. Parmi les candidats non-résidents en Belgique, 86 ont obtenu les moyennes requises. Leur nombre étant inférieur à 30% des réussites, il n'a pas été nécessaire de procéder au classement prévu pour respecter le contingentement fixé par le législateur, et tous obtiennent donc leur attestation de réussite, précise l'Ares.

Enfin, le jury a également statué sur deux cas de fraude avérée et pris la décision d'annuler l'examen des personnes en cause.

Au total, on enregistre donc 1.138 lauréats pour 2018, les deux épreuves confondues.

Par ailleurs, l'Ares estime à 500 le nombre de candidats ayant échoué tant en 2017 qu'en 2018. Le chiffre doit encore être affiné. Ces candidats ne pourront plus se présenter ces trois prochaines années. Le décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles n'autorise en effet à présenter l'examen que lors de deux années académiques sur une période de cinq ans. Parmi les inscrits à l'examen d'entrée en septembre, 710 candidats étaient dans ce cas.

Cinq fois moins d'étudiants en première en 2017
Cette sélection à l'entrée a été mise en place l'an dernier afin de limiter le nombre de diplômés et ainsi les numéros Inami délivrés en fin d'études, qui permet aux patients de prétendre à un remboursement des activités du médecin ou du dentiste. Résultat: la première année en médecine a compté, en Fédération Wallonie-Bruxelles, cinq fois moins d'étudiants en 2017, précise l'Ares. Pour les études en dentisterie, la chute est encore plus importante avec 12 à 15 fois moins d'étudiants.

Par: rédaction 14/09/18 - 14h53