Investir en Wallonie, cela sera bientôt plus facile

© belga.

Dans le cadre du suivi du Plan wallon d'investissement, le gouvernement wallon - qui entend mobiliser quelque 5 milliards d'euros entre 2019 et 2024 - a présenté jeudi une série de mesures destinées à accélérer les investissements, à simplifier différentes procédures et à améliorer la gouvernance au sud du pays.

Déjà en grande partie annoncées lors de la présentation du plan régional en janvier dernier, ces mesures prévoient une révision des procédures administratives, notamment en matière de permis d'environnement, désormais accordés à durée indéterminée (contre 20 ans jusqu'à présent).

Quant aux règles d'aménagement du territoire et aux procédures d'expropriation, elles seront simplifiées, tout comme le seront les aides octroyées pour la rénovation des logements. Parallèlement, les délais de paiement des subventions du SPW (Service public de Wallonie) seront réduits et une plate-forme 'appel à projets' sera développée. Un monitoring de l'amélioration de la qualité du logement public wallon sera également établi.

Les pouvoirs locaux verront eux aussi leurs investissements facilités, ce qui passera entre autres par un desserrement de la balise d'investissements des communes - actuellement fixée à 180 euros par habitant, par an - et par la mise sur pied d'un service transversal accompagnant les localités qui souhaitent solliciter une aide européenne.

Par ailleurs, un espace 'simplifier-accélérer-entreprendre' sera ajouté, à partir du 5 novembre, sur le portail de la Wallonie afin que les citoyens et les entreprises puissent prendre connaissance de l'avancement des mesures et apporter des remarques ou des suggestions.

L'accès des entreprises aux marchés publics sera en outre rendu plus aisé grâce à la création d'un observatoire de la commande publique en lien avec une base de données, rendant visualisables l'ensemble des chantiers à venir.

Enfin, le gouvernement entend développer une attestation "entreprise sans dumping social", intégrer des clauses sociales, éthiques et environnementales dans les marchés de travaux et poursuivre la mise en œuvre du plan "achats publics responsables", le tout selon des "mécanismes parfaitement légaux" et conformes aux directives européennes, a assuré le ministre-président régional, Willy Borsus.

Par: rédaction 11/10/18 - 14h30