Crédit hypothécaire en vue? Cette assurance gratuite (et méconnue) va vous intéresser

© getty.

Le gouvernement wallon a adopté jeudi, en première lecture, un projet d'arrêté réformant l'assurance contre le risque de perte de revenus à la suite d'un licenciement ou d'une incapacité de travail, une assurance gratuite et pourtant largement sous-utilisée, avec seulement 2.000 dossiers introduits chaque année.

Beaucoup l'ignorent mais depuis 1999, les Wallons qui contractent un crédit hypothécaire pour acheter ou construire un logement peuvent bénéficier gratuitement d'une assurance contre une perte de revenus découlant d'une perte d'emploi ou d'une incapacité de travail.

"Mais seuls 2.000 dossiers sont introduits par an alors que l'on connaît la difficulté d'acquérir mais aussi de conserver un logement. C'est pourquoi nous avons décidé de rendre cette assurance beaucoup plus attractive", en en réformant les modalités mais pas les conditions d'accès, à savoir bénéficier d'un emploi stable, a souligné la ministre wallonne du Logement, Valérie De Bue (MR). Selon elle, l'enveloppe budgétaire prévue pour le logement "suffira à absorber" le changement.

"Protéger les acheteurs"
Concrètement, la condition liant l'assurance à l'obligation de réaliser des travaux pour un montant minimum de 7.500 euros sera supprimée. Quant aux délais pour introduire une demande, ils passeront de 6 à 12 mois après la passation de l'acte de prêt, l'assurance pouvant par ailleurs être souscrite à condition d'occuper le bien dans les 24 mois de la réception provisoire en cas de construction (contre 6 mois actuellement).

Enfin, alors que les montants de l'intervention n'avaient jamais été réévalués depuis 1999, il a été proposé de passer à une intervention annuelle maximale de 9.000 euros (contre 6.200 euros aujourd'hui) et à un plafond maximale d'intervention de 27.000 euros (18.600 euros actuellement).

"Le gouvernement wallon a dès le départ mis le logement au centre de ses préoccupations. Après avoir pris une série de mesures pour faciliter l'accès à la propriété, il renforce aujourd'hui cette politique en protégeant les acheteurs contre les aléas de la vie et du marché du travail", a conclu la ministre.

Par: rédaction 11/10/18 - 17h25