Sofie Muylle a vécu un calvaire avant de mourir de froid

© DR..

Une reconstitution du meurtre de Sofie Muylle a lieu ce mercredi sur la plage à Knokke, là où le corps sans vie de la jeune femme de 27 ans avait été retrouvé en janvier 2017. Selon un rapport d'expertise, Sofie est morte "plus que probablement" par "hypothermie". Alexandru Caliniuc (24 ans), auteur présumé des faits, reconnaît le viol mais nie le meurtre de la Roularienne. Selon des nouvelles révélations, le ressortissant roumain, confondu par sa doudoune bleue, aurait filmé et fait des selfies "pour prouver son innocence" alors qu'il était en train de traîner le corps dans le sable.

Vers 5h du matin, Alexandru aurait fait la rencontre de Sofie par hasard sur la plage. Elle passait la soirée dans un bar à proxmité et était sortie prendre l'air. Attiré par la lumière de son gsm dans le noir, il se dirige vers la jeune femme qui fume une cigarette. Selon lui, elle était déjà couchée dans le sable et présentait des blessures superficielles au visage. Il la viole plusieurs fois brutalement (son ADN a été retrouvé sur le corps de la victime) et tire son corps en direction de la digue, sous la terrasse du P'tit Bedon.

L'agonie de Sofie
Là, il prend plusieurs photos et vidéos, pour bien prouver qu'elle est encore en vie et qu'il ne l'a pas tuée. Sur les images consultées par les enquêteurs, Sofie ne dit pas le moindre mot. Elle respire encore (très difficilement) mais est agonisante. Elle parvient encore à bouger sa tête et ses yeux. D'après les experts, la jeune femme était encore en vie vers 8h30, soit plus de 3h30 après leur rencontre. En revanche, sur la dernière photo prise à 10h30, Sofie est décédée. Deux heures plus tard, un promeneur découvrira son corps sans vie au même endroit.

Autre élément qui ressort de l'analyse des images GSM: sur certaines vidéos, on aperçoit qu'Alexandru porte une autre paire de chaussures. S'agit-il bien de lui? Ou y avait-il une troisième personne présente sur les lieux? Non. Pour une raison inconnue, le suspect serait retourné à son domicile, situé à 500 mètres de là, pour enfiler une autre paire de chaussures. Les deux paires de baskets ont d'ailleurs ont été retrouvées à son appartement à Knokke. Il ne donne aucune explication pour ce détail troublant.

Morte par hypothermie
Alexandru Caliniuc été inculpé de viol, tortures et agression sexuelle avec à chaque fois la mort comme conséquence. S'il reconnaît l'agression sexuelle, le ressortissant roumain continue de nier le meurtre de la Roularienne. L'expertise judiciaire pourrait bien jouer en sa faveur car selon les conclusions de trois spécialistes, Sofie serait morte "par hypothermie". Elle présentait des marques d'abrasion sur le front et le menton et du sable a été retrouvé dans les voix respiratoires, ce qui indique qu'on l'aurait maintenue de force avec le visage dans le sable.

Toutefois, elle ne serait pas morte "par asphyxie" car sur les photos examinées par les experts, Sofie présente déjà ces blessures et vit toujours. L'hypothèse la plus probable est donc une mort "par hypothermie", causée notamment par le froid glacial (-3 degrés) et accélérée par l'état alcoolisé de la victime (1 à 1,8 promille). La jeune femme, quasi complètement déshabillée, serait donc morte de froid sous ses yeux.

Assisses ou tribunal correctionnel?
Pour le parquet de Bruges, le rapport ne change rien. Il maintient ses réquisitions de viol, tortures et meurtre. Reste désormais à voir s'il sera jugé devant un tribunal correctionnel ou une cour d'assisses. S'il l'enquête démontre qu'il a bel et bien tué Sofie, il risque les assises et la perpétuité. S'il est poursuivi pour viol ayant entraîné la mort, il risque une peine de 30 ans en correctionnelle.

© photo news.
© Photonews.
© photo news.
© photo news.
© rv.

Par Michaël Bouche 5/12/18 - 09h30