Elle klaxonne pour soutenir les "gilets jaunes": une (très) mauvaise idée

© getty.

Une automobiliste de Charleroi a voulu marquer son soutien aux "gilets jaunes" en klaxonnant à proximité d'un point de rassemblement. Verbalisée, elle a partagé sa colère sur les réseaux sociaux. Une seconde erreur qui lui a valu un deuxième procès-verbal.

"Une pierre, deux coups", c'est connu. "Un coup de klaxon, deux procès-verbaux", c'est moins courant. C'est pourtant la mésaventure vécue par une automobiliste carolo qui a voulu marquer symboliquement son soutien à quelques "gilets jaunes" réunis à l'entrée de la Grand-Rue à Charleroi.

Le hic? Aucun danger immédiat ne devait être signalé et donc l'avertissement sonore n'avait pas de raison d'être activé. Un procès-verbal a été rédigé et envoyé à la conductrice qui a pris soin de le partager sur les réseaux sociaux, sans cacher les données sensibles comme l'identité de l'agent. 

"La mère de notre collègue a été menacée

"Le premier à avoir réagi, c'est le verbalisant lui-même qui a reconnu son identité sur le PV exposé à la vue du public", commente David Quinaux, porte-parole de la police locale de Charleroi au micro de RTL Info. "Notre collègue fait l'objet de nombreux outrages et autres insultes. Sa  propre mère a même été menacée sur internet." 

Une infraction à la loi spéciale sur la protection de la vie privée qui vaut à la contrevenante un deuxième procès-verbal, judiciaire celui-là", précise le porte-parole.

Par: rédaction 6/12/18 - 16h01