Jean Lambrecks en appel contre la décision de la chambre du conseil pour Michelle Martin

© epa.

Jean Lambrecks, le père de Eefje, a interjeté appel contre l'ordonnance de la chambre du conseil de Namur d'une prescription et d'un non-lieu dans le dossier impliquant Michelle Martin, soupçonnée d'organisation frauduleuse d'insolvabilité et de travail illégal. La chambre a estimé que les faits étaient prescrits au moment où la plainte a été déposée.

La chambre des mises en accusation de Liège devra donc se pencher sur l'affaire.

Une plainte déposée en 2012
Cette comparution à Namur faisait suite à une plainte déposée en 2012 par le père et le frère d'Eefje Lambrecks, une des victimes de son ex-mari, Marc Dutroux. Les deux hommes accusent Michelle Martin d'avoir volontairement refusé l'héritage de sa mère en 2000 au profit de ses enfants, et ce afin d'échapper à toute saisie lors du procès Dutroux en 2004.

Des faits prescrits
Conformément à ce qui avait été requis par le parquet le 7 février dernier, la chambre du conseil a estimé que les faits étaient prescrits au moment où la plainte a été déposée, car ils dataient déjà de plus de 10 ans.

Soupçons de travail illégal
Mme Martin était aussi soupçonnée de travail illégal, les parties civiles estimant qu'elle avait été payée en noir au moment où elle travaillait au couvent de Malonne (Namur), juste après sa libération.

Là aussi, la chambre a suivi les recommandations du ministère public, estimant qu'il s'agissait d'un service rendu en échange d'un hébergement et que les charges ne sont pas suffisantes. C'est donc un non-lieu qui a été prononcé.

Les parties civiles avaient 15 jours pour fair appel, c'est désormais chose faite.

Michelle Martin © belga.

Par: rédaction 15/03/19 - 21h29

OracleJSP: An error occurred. Consult your application/system administrator for support. Programmers should consider setting the init-param debug_mode to "true" to see the complete exception message.