L'Autorité européenne du travail verra bientôt le jour

© afp.

L'Autorité européenne du travail, qui doit aider les Etats membres à mieux lutter contre le dumping social, commencera à travailler avant la fin de l'année 2019, a assuré mardi après-midi la commissaire européenne à l'Emploi et aux Affaires sociales Marianne Thyssen.

Cette nouvelle agence sera dotée d'un budget annuel de 50 millions d'euros et de 140 membres du personnel. Elle commencera ses travaux en 2019 à Bruxelles, le temps de construire son fonctionnement, a expliqué la commissaire. Ensuite, elle s'installera "quelque part en Europe, c'est tout ce que je peux dire", a indiqué Marianne Thyssen, selon qui la décision sur le siège reviendra aux Etats membres. L'Agence devrait être pleinement opérationnelle en 2023.

Le collège des commissaires, réuni à Strasbourg où se tient la séance plénière d Parlement européen, a approuvé la proposition de règlement que soumettait Mme Thyssen. L'Autorité européenne du travail aura deux missions: elle sera chargée d'une part de fournir de l'information aux citoyens et aux entreprises sur la mobilité des travailleurs, et d'autres part de faciliter la coopération entre Etats membres dans la lutte contre le dumping social. Dans cette seconde mission, elle fonctionnera un peu comme un "Europol social", en réunissant des officiers de liaison venant de tous les pays européens.

Le dumping social recouvre les abus des règles européennes en matière de mobilité des travailleurs. Des entreprises font appel à des travailleurs de pays où les salaires et les cotisations sont bien moins élevés quand dans leur propre pays, en passant par exemple par des sociétés boîtes-aux-lettres - des coquilles vides installées dans les pays où le travail "coûte" moins cher.

Par: rédaction 13/03/18 - 16h57