La belle-mère de Gabriel Cruz avoue avoir tué le garçon de huit ans

© epa.

La Dominicaine arrêtée dimanche en Espagne au volant d'une voiture transportant le cadavre de son beau-fils de huit ans, dont la mort a secoué l'opinion, a avoué mardi l'avoir tué, a-t-on appris auprès de la Garde civile.

Ana Julia Quezada, 43 ans, placée en garde à vue dimanche, "a avoué être l'auteure matérielle de la mort de la victime" aux enquêteurs, a déclaré un porte-parole de la garde civile d'Almeria, sans plus de précisions.

Cette femme, la compagne du père de l'enfant, avait été interpellée 12 jours après la disparition du petit Gabriel Cruz dans le village de Las Hortichuelas, en Andalousie.

Le désespoir des parents a ému tout le monde
Les recherches avaient mobilisé des centaines de personnes, et le désespoir des parents du garçon, Angel Cruz et Patricia Ramirez, avait ému dans tout le pays.

Mardi, les funérailles de l'enfant à la cathédrale d'Almeria ont attiré une foule en soutien à sa famille, au cri de: "Nous sommes tous Gabriel ! "

"Vous nous avez portés à bout de bras, vous nous avez donné la force de chercher Gabriel. Merci beaucoup à tous pour votre soutien et la tendresse que vous nous avez donnée", a déclaré Angel Cruz.

Violentes réactions
La nouvelle de l'arrestation d'Ana Julia Quezada et de la mort de l'enfant a suscité de violentes réactions.

Des vidéos amateurs publiées lundi montraient la suspecte sortant d'un bâtiment aux côtés de gardes civils et conspuée par des passants, des agents devant même repousser des tentatives d'agression.

La veille des appels au rétablissement de la peine de mort, abolie en 1995, avaient même fusé.

Une pétition pour qu'elle purge sa peine en République dominicaine et ne jouisse pas du "confort" des prisons espagnoles a rassemblé en deux jours plus de 330.000 signatures en ligne, et une autre réclamant la réclusion criminelle à perpétuité en a recueilli plus de 270.000.

Une femme présentée comme étant sa soeur, Lucia Quezada, a déclaré à la télévision dominicaine CDN que si Ana Julia est coupable, elle devra "payer et rendre des comptes à Dieu. Mais si elle ne l'est pas, que Dieu lui vienne aussi en aide", a-t-elle ajouté, disant elle-même ne pas croire à sa culpabilité.

Les forces de l'ordre se penchent également sur le passé de la suspecte: en 1996, une enfant qu'elle gardait, présentée comme sa fille par de nombreux médias, avait perdu la vie en tombant d'un immeuble. L'enquête judiciaire avait été classée sans suite.

© epa.
© epa.
© epa.
© epa.
© afp.

Par: rédaction 13/03/18 - 22h23