Geert Wilders de retour devant les tribunaux

© reuters.

Le procès en appel contre le leader populiste néerlandais Geert Wilders se poursuit. La juridiction qui doit juger l'affaire a rejeté jeudi la demande de report faite par la défense au premier jour d'audience.

En première instance, le député d'extrême droite avait été reconnu coupable de discrimination en 2016 pour avoir promis, lors d'un rassemblement électoral en 2014, "moins de Marocains" aux Pays-Bas.

Le chef du Parti pour la liberté (PVV, principal parti d'opposition à la chambre basse) avait toutefois été relaxé d'incitation à la haine et n'avait écopé d'aucune peine.

Jeudi à l'ouverture du procès en appel, la défense de Geert Wilders a demandé le report des audiences, rapprochant les propos de l'homme politique de ceux d'un autre député, non poursuivi par la justice.

Alexander Pechtold, chef de file des démocrates membres du gouvernement de coalition, avait dit en février qu'il n'avait "jamais rencontré de Russe qui corrigeait ses erreurs", suite à la démission du ministre néerlandais des Affaires étrangères, accusé d'avoir menti sur une rencontre avec Vladimir Poutine.

Après le dépôt de 40 plaintes, notamment de Néerlandais d'origine russe, le parquet avait décidé de ne pas poursuivre M. Pechtold pour discrimination, avançant que ses propos contribuaient au débat public.

"Les propos de M. Pechtold et ceux de M. Wilders sont juridiquement comparables. Si l'un est poursuivi, l'autre doit l'être également", a déclaré Geert-Jan Knoops, avocat du député d'extrême droite.

M. Knoops a demandé aux juges le report du procès en appel "pour permettre à la justice d'entendre les plaignants" et "le représentant du ministère public qui a décidé de ne pas poursuivre Alexander Pechtold".

Geert Wilders, présent dans la salle d'audience jeudi après avoir snobé la quasi-totalité des débats en première instance, "a droit à un procès équitable", a poursuivi la défense.

Les juges ont cependant estimé que les requêtes de cet allié de la Française Marine Le Pen pourraient être honorée pendant le procès, sans qu'un report ne soit nécessaire.



Par: rédaction 17/05/18 - 16h12