L'amant de l'infirmière avoue les meurtres des disparus de Mirepoix

© afp.

Le père et sa fille s'étaient volatilisés le 30 novembre 2017 après avoir quitté leur domicile de Mirepoix, proche de Carcassonne. Leurs corps ont été retrouvés mardi matin. Un homme a avoué des faits commandités par l'ex-maîtresse de la victime.

Rebondissement dans l'affaire des "disparus de Mirepoix". Mardi, la gendarmerie a retrouvé les corps sans vie de Christophe Orsaz, 46 ans, un jardinier paysagiste et de sa fille, Célia, 18 ans, étudiante, relate Le Parisien. Père et fille avaient disparu depuis le 30 novembre 2017 en milieu d'après-midi après avoir quitté le domicile familial de Mirepoix.

C'est grâce aux indications d'un suspect interpellé la veille que les autorités ont pu retracer cette destinée macabre. Jean-Paul Vidal, 48 ans, a fini par avouer avoir participé au double meurtre. Interpellé lundi, il a craqué vers 4 heures du matin, dans la nuit de lundi à mardi, et a accepté de conduire les enquêteurs sur les lieux où les corps étaient cachés.

"Croqueuse d'hommes"
Le jour des faits, Christophe Orsaz devait déposer sa fille à la gare pour qu'elle puisse rejoindre Toulouse, où elle suivait des études.
Orsaz avait confié à un proche devoir s'arrêter en chemin pour un rendez-vous de travail. Un traquenard. Jean-Paul Vidal les attendait à la demande de Marie-José Montenisos, ancienne maîtresse d'Orsaz. Cette infirmière de 56 ans, décrite comme "croqueuse d'hommes", avait affiché une certaine amertume au terme de sa relation avec Christophe.

Pour lui nuire, elle l'avait menacé de dévoiler des photos et informations compromettantes. Face à l'indifférence de son ex-compagnon, elle décidait de monter une cabale avec la complicité de son nouvel amant, Jean-Paul, en présentant la victime comme un homme dangereux qui avait voulu s'en prendre à elle et qui lui était redevable de 10.000 euros. Une somme réclamée par Vidal lors de ce fameux rendez-vous qui se terminera en bain de sang.

Barre de fer et coup de fusil
Christophe sera battu à mort avec une barre de fer et son corps balancé dans la fosse septique d'une ferme abandonnée. Célia, la fille de la victime, sera, elle, abattue d'un coup de fusil et enterrée dans la forêt du massif de Picaussel, à une quarantaine de kilomètres de là. La police est parvenue à lier Jean-Paul et Marie-José grâce à un travail d'analyses de téléphonie. Ceux-ci avaient notamment échangé de nombreux messages quelques minutes avant le double meurtre.

Interrogés en même temps, les amants diaboliques ont adopté un comportement différent. Si Vidal est vite passé aux aveux, les gendarmes se sont heurtés au mutisme de Marie-José Montesinos qui, selon les premiers éléments, aurait mal vécu sa rupture avec celui qu'elle appelait "son meilleur amant". Comme le relate Le Parisien, les enquêteurs la dépeignent comme une personne démoniaque. Vidal et elle doivent être présentés ce mercredi matin à deux juges de Toulouse en vue d'une mise en examen pour assassinat.

Par: rédaction 13/06/18 - 11h46