Le tueur de Parkland lors de son interrogatoire: "Tuez-moi"

Après avoir publié lundi la retranscription du procès-verbal, la justice américaine a dévoilé hier mercredi les images de l'interrogatoire de Nikolas Cruz, le jeune homme qui a tué 17 personnes au lycée de Parkland le 14 février dernier.

Vêtu d'une blouse d'hôpital, le jeune homme de 19 ans est interrogé par un agent, John Crucio, quelques heures à peine après le massacre. Ce dernier commence par lui demander s'il veut de l'eau fraîche, ce à quoi l'intéressé répond "Je ne sais pas" avant d'indiquer "ne pas la mériter".

Laissé seul, Cruz mime à plusieurs reprises avec ses doigts un pistolet sur sa tempe en implorant qu'on le tue. Il va même jusqu'à se frapper le visage. A nouveau laissé seul un peu plus tard, il dit: "Je veux mourir. Au final, tu n'es rien d'autre qu'un mec inutile. Tu mérites de mourir".

La conversation glisse ensuite sur la tendance du jeune homme à tuer des animaux et le décès de ses parents. Nikolas Cruz confie à l'inspecteur qu'il entend depuis des années des démons qui lui disent "d'acheter des armes, de tuer des animaux et de tout détruire". "Que sont les démons ?", demande le policier. "Les voix", répond Cruz. "Le mauvais côté". "Que vous dit la voix ?", interroge l'inspecteur. "Brûler. Tuer. Détruire", répond alors le jeune homme.
 
Le policier demande si ces voix lui ont donné des instructions spécifiques liées au massacre, et notamment de prendre un Uber jusqu'au lycée. - "La voix ne vous a pas dit de prendre un Uber, non?" - "Oui, elle l'a fait."

Une autre partie de la vidéo le montre dans cette même pièce éclater en sanglots devant son frère adoptif qui lui demande d'être "fort". Nikolas Cruz, dont la mère est morte en novembre 2017, a confié souffrir de
dépression causée par la solitude et avoir tenté par deux fois de se suicider,
dont une fois en ingérant une quantité excessive d'ibuprofène, deux mois
avant le carnage de Parkland.

Malgré ses antécédents psychiatriques, Nikolas Cruz avait pu se procurer légalement un fusil d'assaut AR-15. "Je trouvais ça cool", répond-t-il lorsque l'inspecteur lui demande pourquoi il avait acheté cette arme.

Le procès verbal, long de 217 pages et dont de nombreux passages sont censurés, a été publié lundi après que la juge en charge du dossier a approuvé une motion présentée par plusieurs médias locaux, dont le Miami Herald et le Sun Sentinel, selon laquelle le public a le droit de connaître ce document.

Trois vidéos tournées par Nikolas Cruz, dans lesquelles le jeune homme  détaillait son projet funeste, avaient déjà été rendues publiques en mai dernier par le bureau du procureur de Floride. Les procureurs prévoient de requérir la peine de mort lors de son procès.

Par: rédaction 9/08/18 - 17h49