Des écoliers invités à écrire des contes anti-migrants

© getty.

L'Association des écrivains slovènes s'est érigée jeudi contre le lancement d'un concours invitant les enfants à écrire des contes sur "les dangers liés au multiculturalisme et à l'immigration illégale", à l'initiative de l'hebdomadaire du parti conservateur SDS (opposition).

Lancé par Demokracija, organe de la formation de l'ancien Premier ministre Janez Jansa, ce concours à l'attention des moins de 10 ans propose jusqu'à 300 euros de récompense aux jeunes lauréats.

Le cahier des charges est strict: les contes devront "renforcer la conscience nationale et encourager le patriotisme" et montrer qu'"il est bon de vivre dans une famille traditionnelle (père, mère, enfants), entouré de ses compatriotes et de ses animaux domestiques".

Un équilibre menacé par "des héros négatifs", à savoir des migrants décrits comme des "intrus" et pouvant être représentés sous la forme d'"espèces invasives étrangères", selon l'hebdomadaire. Mais "à la fin, le patriotisme et la famille gagnent toujours", précise le règlement.

Dans un communiqué signé par les représentants de 140 institutions publiques slovènes, l'Association des écrivains dénonce une "propagande raciste" et souligne que les enfants "méritent des contes humains, ouverts et tolérants qui favorisent l'empathie et non la haine".

Tiré à 9.000 exemplaires, un chiffre respectable dans ce petit pays de 2 millions d'habitants, Demokracija fait régulièrement ses gros titres sur des dossiers mettant en cause migrants et musulmans. La publication est financée notamment par des proches du dirigeant national-conservateur hongrois Viktor Orban.

Premier ministre de 2004 à 2008 et de 2012 à 2013, M. Jansa était arrivé en tête des législatives slovènes du 3 juin, au terme d'une campagne axée sur le "danger" migratoire et inspirée par son allié hongrois.

M. Jansa a toutefois échoué à rassembler une majorité de gouvernement en raison de sa ligne politique jugée trop clivante. Le poste de Premier ministre est revenu à l'indépendant Marjan Sarec, à la tête d'une coalition de centre-gauche.

Située sur l'ancienne "route des Balkans", la Slovénie a vu transiter en 2015 et 2016 près de 500.000 migrants, qui dans leur très grande majorité ont poursuivi leur route vers l'ouest de l'Europe. Le pays a enregistré 3.500 arrivées illégales au premier semestre 2018, contre 2.000 pour l'ensemble de l'année 2017.

Par: rédaction 11/10/18 - 14h07