Une nouvelle espèce de guêpe transforme les araignées en zombies

© Université de Colombie Britannique.

Des scientifiques de l'Université de Colombie-Britannique au Canada ont fait une découverte inquiétante en Equateur. En Amazonie, une guêpe jusque-là encore inconnue vient d'être découverte et elle est capable de transformer des araignées en zombies.

La guêpe, qui appartient à la famille des Zatypota, utilise cette curieuse technique pour se reproduire. Elle choisit pour cela un certain type d'araignées: celles qui vivent en colonies pour attraper des proies ensemble et éduquer les plus jeunes.

Œufs
La technique consiste pour la guêpe femelle à déposer un œuf sur le ventre de l'araignée. L'œuf se développe ensuite sous forme de larve, qui va se nourrir de l'hémolymphe, le fluide corporel de l'araignée. Puis la larve grossit et gagne lentement mais sûrement le corps de son hôte. 

L'araignée quitte alors sa colonie pour tisser un cocon pour la larve de guêpe. Quand c'est fini, l'araignée est dévorée vivante. La larve de guêpe s'insinue alors dans le cocon de sécurité et réapparaît neuf à onze jours plus tard, à maturité.

C'est au scientifique Philippe Fernandiez-Fournier que l'on doit cette découverte. Ses recherches ont commencé lorsqu'il a remarqué que certaines araignées, infectées par des larves, partaient loin des colonies pour tisser des toiles très denses. Il a dès lors mené une expérience dans un laboratoire et c'est là qu'il a compris qu'une guêpe était capable d'influencer de manière brutale le comportement des araignées. 

Cerveau
Samantha Straus, une collègue de Fernandez-Fournier étudie la manière dont la guêpe s'empare du cerveau de l'araignée pour choisir un comportement suicidaire. Les colonies les plus peuplées semblent attirer d'autant plus ce type de guêpe. 

Recherches
La scientifique s'apprête à retourner en Équateur pour poursuivre ses recherches. Elle souhaite, par exemple, savoir si les guêpes visitent les mêmes colonies d'araignées de génération en génération et les conséquences que cela peut engendrer. 

Photo d'une larve de guêpe qui s'est attachée à une araignée. © Université de Colombie Britannique.
Philippe Fernandez-Fournier à côté d'un grand nid d'araignées. © Université de Colombie Britannique.
Une larve de guêpe dévore son hôte © Université de Colombie Britannique.

Jeanne Poma. 30/11/18 - 17h57