T'choupi, l'ami des petits, prend vie sur scène: mais pourquoi tout le monde l'aime tant?

Difficile de passer à côté quand on a un enfant en bas âge: T'choupi est partout. Il se décline en peluche, livres pour le bain, livres sonores, livres autocollants, livres à deux voix, dessins animés... T'choupi aide les jeunes enfants à verbaliser leurs émotions. Il vit les mêmes aventures qu'eux: il fête son anniversaire, il va à l'école, il est en colère, il s'habille tout seul, il dort chez papi et mamie, et on en passe.

Pour la troisième fois, le petit pingouin prend vie sur scène dans un spectacle baptisé "Viens chanter avec T'choupi" et présenté au Forum de Liège le 23 février à 14 heures et 17 heures (réservations ici). Le pitch? T'choupi et ses amis doivent préparer une chanson originale afin de la présenter devant toute la classe. Caroline Duffau est à la mise en scène pour la troisième fois. "Je suis tombée dedans, c'était un concours de circonstances", nous confie-t-elle depuis la France. "Quand on m'a parlé du projet, mon filleul était en pleine phase T'choupi. C'est pour lui que je l'ai fait."

"S'attaquer à T'choupi, c'est un gros challenge: c'est un héros pour les gamins, on n'a pas intérêt à se tromper. Ca oblige professionnellement à se remettre en question sur certaines facilités. Quand on fait du spectacle pour adultes, on peut tout justifier par du psychologique mais avec les enfants, il faut que ça soit immédiat, drôle et juste", note Caroline. "Mais le retour des enfants est gratifiant: les mômes sont à fond. Ils n'ont aucun filtre, ils aiment, ou pas."

Depuis sa naissance en 1992 aux éditions Nathan, T'choupi n'a pas beaucoup changé. Comment peut-on expliquer le succès de T'choupi?
Il ne change pas mais un enfant de trois ans aujourd'hui ou un enfant de trois ans il y a 20 ans, il n'a pas tellement changé. L'une des raisons de son succès, c'est l'esthétisme. C'est très doux comme univers. Ce sont toujours des couleurs soutenues mais jamais vives, les traits sont ronds, rassurants. Et puis, c'est un héros du quotidien. C'est un joli miroir pour les enfants, qui se retrouvent dans tout ce qu'il vit.

Il faut habituer les tout petits au spectacle vivant?
"Pour moi, ce sont les premiers codes du théâtre. Par contre, on s'exprime comme on veut, les enfants peuvent danser et chanter. C'est vraiment du spectacle vivant. Pour les parents, c'est un double spectacle: il y a à la fois ce qu'il y a à voir sur scène et ce qu'il y à voir à côté, sur le siège.

Vous avez dû, je suppose, respecter l'univers de T'choupi. Mais quand on est adulte, on peut vite trouver T'choupi un peu trop naïf, non?
C'est ça qui est super avec T'choupi: c'est qu'il sert de base de discussions. C'est ça, la transmission. C'est établir un point de vue. Ca me plait assez. Tchoupi s'adresse aux enfants de 2 ans à 4, 5 ans. Mais les enfants de 2 ans sont très différents des enfants de 4 ans. Tout n'est pas à prendre au pied de la lettre, débattons. Discutons avec les enfants. Le spectacle, on me dit parfois qu'il est compliqué, parfois qu'il est trop simple, en fonction de l'âge, de l'éducation, de la maturité de l'enfant qui est venu le voir. Mais ce n'est ni l'un ni l'autre. Le spectacle, il est ce qu'il est et on en discute après. Ce que je trouve un peu, excusez-moi du terme, couillon, ce sont les parents qui ont le nez sur leur téléphone durant le spectacle. Bien sûr, T'choupi ne s'adresse pas à eux. Mais c'est du partage. Je revendique ce côté partage.

Il paraît que c'est une fille dans le costume de T'choupi, sur scène... C'est vrai?
(Elle rigole) Oui. Ce n'était pas une volonté. Ca s'est présenté comme ça. Souvent, les voix d'enfants, même celles des garçons, sont faites par des filles.

© DR.

Par: Deborah Laurent 5/02/19 - 08h00