Obésité, chanteur masqué et nanisme: les émissions télés américaines qui me laissent bouche bée

© The Masked Singer Photo Publique Facebook.

Notre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l'année. L'occasion pour 7sur7 de vous fournir l'information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l'occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d'apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici et Facebook ici). Nous vous proposerons chaque mardi l'un de ses articles de blog ici.

En Belgique, je n'ai pas la télévision. En Californie, c'est une chose qui semble complètement impensable. Il y a des écrans dans les bars et les restaurants, dans les pompes à essence et les gens ont souvent, chez eux, au moins deux télés: une géante dans le salon et une autre dans leur chambre. J'ai acheté une télé d'occasion il y a un an et demi. Probablement le plus petit écran du complexe d'appartements où je vis. Je l'allume peu: la publicité incessante me donne envie de me taper la tête contre les murs. Ça n'a rien à voir avec les coupures publicitaires de chez nous. Ici, la publicité qui interrompt le programme qu'on est en train de regarder dure quasiment aussi longtemps que le programme en lui-même. C'est à devenir fou. Reste que je l'allume de temps en temps... J'ai découvert des programmes complètement hallucinants. Des émissions de téléréalité pour la plupart qu'il est franchement difficile de ne pas binge-watcher.

My 600-Lb Life

Quand je tombe sur l'émission "My 600-Lb Life" diffusée sur TLC, je suis généralement bouche ouverte et yeux écarquillés. L'Amérique est en surpoids, l'obésité se rencontre à tous les coins de rue. Pourquoi ne pas capitaliser sur le problème au lieu d'essayer de le régler? "My 600-Lb Life" suit le parcours de personnes en obésité morbide qui décident de se reprendre en main. On ne parle pas ici de perdre 20 kilos. Les participants pèsent 300 kilos en moyenne: ils sont tellement gros qu'ils n'arrivent plus à se déplacer. Certains arrivent à l'hôpital couchés sur la banquette arrière d'une voiture, tout bonnement incapables de s'asseoir. On les glisse alors directement sur un brancard, parce qu'ils ne marchent plus. Pour se laver, ils doivent soulever leur amas graisseux et entre les plis de sa peau, une participante a même découvert des larves. Rien ne nous est épargné...

Les candidats rencontrent tous le Docteur Nowzaradan, spécialiste en chirurgie bariatrique, pas forcément délicat ou sympathique. A lui de faire comprendre aux patients qu'une opération ne suffit pas: c'est tout un style de vie qu'il faut changer. Ca veut dire se remettre à mettre un pied devant l'autre même si c'est douloureux et arrêter de manger quatre pizzas extra larges et avec extra cheese au repas de midi. Certains se font jeter dès le premier rendez-vous: s'il n'y a rien à faire pour eux, s'ils ne montrent pas une volonté de changement, le chirurgien refuse de les prendre en charge. C'est brutal. L'émission est hypnotisante. Et une question est obsédante: comment peut-on manger autant? Qu'est-ce que ça cache?

"My 600-Lb Life" tente d'expliquer les raisons qui ont poussé ces gens à se réfugier dans la nourriture. Abus, accident, décès tragique d'un être cher: il y a souvent une explication. L'année passée, un homme de 30 ans qui était passé dans l'émission alors qu'il pesait 294 kilos a mis fin à ses jours. Sa prise de poids incroyable faisait suite à un accident: il avait perdu sa jambe droite et ne s'en remettait pas. En participant à l'émission, il avait réussi à se délester de 180 kilos. Mais ça n'avait pas suffi à le rendre heureux. Un autre candidat, qui avait déjà atteint les 380 kilos sur la balance, est mort en novembre 2017 alors qu'il était hospitalisé au Texas. L'émission avait malgré tout été diffusée en mars. Bref, "My 600-lb Life", c'est ce que l'Amérique fait de pire. C'est voyeur, sale, tragique, démoralisant et... captivant.

La nouvelle version de The Voice

J'avais découvert The Voice lorsque je vivais seule en Californie il y a quelques années. J'avais trouvé ça génial. Je suis partagée sur The Masked Singer, diffusé depuis le 2 janvier sur la Fox et inspiré d'un programme de Corée du Sud. Là encore, on chante dans l'anonymat le plus complet... Douze célébrités s'affrontent en chansons. Elles sont toutes déguisées en abeille, en lion, en paon, en caniche, en ananas et on en passe: il est impossible de les reconnaître. Des indices sont cependant donnés au fur et à mesure des émissions sur leur identité... Comme d'habitude, le public vote et chaque semaine, un candidat est éliminé. Le perdant retire alors son masque et dévoile son visage.

Venez lire la suite ici. Je vous parle de trois autres émissions complètement insolites que j'ai bien du mal à imaginer en Belgique, un jour...

Par: Deborah Laurent 12/02/19 - 07h00