Bertrand Cantat invoque son "droit à la réinsertion"

© afp.

Dans une lettre ouverte sur Facebook, le chanteur demande qu'on le laisse exercer son métier, rappelant qu'il a payé sa dette pour la mort de Marie Trintignant.

Bertrand Cantat a annoncé qu'il renonçait à se produire cet été en festival pour éviter les polémiques et soulager les organisateurs, sous pression. Sur Facebook, le chanteur rappelle avoir été condamné en 2003 à huit ans de prison pour avoir tué Marie Trintignant sans intention de donner la mort. "J'en tremble encore en l'écrivant. Il est des trous noirs dans le tissu de la vie qui ne se comblent pas."

Dans une tentative d'apaisement, il "renouvelle" sa "compassion" aux proches de la disparue. Il s'excuse également pour la couverture des Inrockuptibles qui a "heurté" certaines personnes. Il rappelle encore qu'il a "payé la dette à laquelle la justice" l'a condamné. "J'ai purgé ma peine. Je n'ai pas bénéficié de privilège."

Et il demande "au même titre que n'importe quel citoyen, le droit à la réinsertion". "Le droit d'exercer mon métier, le droit pour mes proches de vivre en France sans subir de pression ou de calomnie. Le droit pour le public de se rendre à mes concerts et d'écouter ma musique." Son message est à lire ci-dessous.

© afp.
© afp.
© afp.
© afp.
© afp.

Par: Deborah Laurent 13/03/18 - 03h45