227 travailleurs illégaux découverts sur un chantier Google

© reuters.

Deux semaines après la découverte de 105 travailleurs illégaux sur le chantier de Google à Baudour (Hainaut), une nouvelle inspection de l'auditorat du travail a permis d'identifier 227 autres travailleurs non déclarés, d'après une information de la RTBF confirmée vendredi par l'auditeur du travail Charles-Eric Clesse. Le sous-traitant principal risque des amendes records.

La justice s'est à nouveau intéressée au chantier du géant de l'informatique Google à Baudour. Lors d'une visite d'un inspecteur du travail qui devait entendre la responsable de la société schaerbeekoise qui chapeaute le chantier de construction d'un centre de données chez Google, il s'est avéré que le sous-traitant principal, une société de droit anglais, travaillait à nouveau avec des travailleurs illégaux, soit 227 travailleurs non-déclarés notamment roumains, bulgares, hongrois et britanniques.

Google en rien concerné
"Ces travailleurs n'étaient pas déclarés, ni dans leur pays d'origine, ni à l'ONSS en Belgique", a indiqué Charles-Eric Clesse, qui a précisé que la société Google n'était en rien concernée par ces faits.

332 travailleurs interdits d'accès
Cette intervention de la justice fait suite à deux actions, l'une menée au début novembre, au terme de laquelle des entrepreneurs roumains et bulgares avaient été additionnés, l'autre le 21 novembre 2018 qui avait vu 105 travailleurs illégaux interdits d'accès au chantier. En tout donc, 332 travailleurs, essentiellement dans les métiers techniques, comme entre autres l'infirmerie et la cantine, et de maintenance, sont interdits d'accès au chantier qui en comptait un millier.

Une amende jusqu'à 4,8 millions d'euros
Deux sociétés sous-traitantes de droit britannique, selon la RTBF, sont concernées. L'une d'entre elles, le principal sous-traitant, risque, selon l'auditeur du travail, une amende dont le montant est compris entre 480.000 euros et 4.800.000 euros. "Nous étions en train de négocier pour les 105 premiers travailleurs. Il s'agit donc d'une récidive, l'amende sera conséquente", a précisé l'auditeur du travail.

Le chantier concerné fait l'objet d'un investissement de 250 millions d'euros de Google à Saint-Ghislain pour la construction d'un 3e bâtiment pour le centre de données de Google Belgique. Le chantier, qui a été inauguré au début février en présence du Premier ministre Charles Michel et du vice-Premier ministre Alexander De Croo, devrait être achevé entre la mi et la fin 2019. Les deux premiers bâtiments du data center de Saint-Ghislain avaient été inaugurés en 2010 et en 2015.

La réaction de Google

"Nous avons demandé à ISG, notre principal entrepreneur en construction, responsable de tous les travailleurs sur le site, de coopérer pleinement avec les services d'inspection sociale et de résoudre tout problème le plus rapidement possible", selon Frederik Van de Meulebroucke, un porte-parole de Google.

Selon lui, l'entreprise a mis en place un code de conduite clair pour ses fournisseurs, qui sont contractuellement tenus de respecter toutes les lois et réglementations locales en vigueur.

"Il est important pour nous que cette affaire soit réglée."

Par: rédaction 7/12/18 - 09h15