Pourquoi Thierry Henry n'est pas devenu le nouvel entraîneur de Bordeaux

© photo news.

Mariage avorté. Les négociations entre Thierry Henry et la direction bordelaise ont été poussées, mais ont finalement échoué. En Gironde, l'actuel T2 des Diables a bien failli endosser une casquette d'entraîneur principal pour la première fois. L'investisseur américain Joseph DaGrosa, futur grand patron de Bordeaux, est revenu sur ces discussions et révèle le point de discorde.

Devenir T1, c'est l'ambition de Thierry Henry, ce n'est plus un secret. Le meilleur buteur de l'histoire des Bleus a abandonné son poste de consultant chez Sky Sports pour "passer plus de temps sur le terrain" et se "concentrer sur ce nouvel objectif".  Mais la légende d'Arsenal n'est visiblement pas disposée à accepter la première offre venue et est prête à patienter.  

"Une décision financière"
Joseph DaGrosa, l'investisseur américain à la tête du groupe GAPC (General American Capital Partners), futur repreneur des Girondins, s'est confié au journal l'Equipe. Il avance un désaccord financier pour expliquer l'échec de l'arrivée de Thierry Henry. 

"On espérait trouver un arrangement mais, parfois, des personnes raisonnables peuvent aussi être en désaccord. C'est ce qui s'est passé. J'ai beaucoup de respect pour lui. Il a été un immense joueur et a un plan de carrière intéressant, mais on a pris une décision financière et pas affective."

Depuis lors, l'ancien attaquant du Barça a grimpé un échelon dans notre staff national, passant du statut de T3 à celui de T2. Son avenir chez les Diables demeure toutefois incertain.

Par: rédaction 14/09/18 - 08h41