Les Philippines ferment l'île de Boracay: "On a l'impression d'être en guerre"

© afp.

Les Philippines ont fermé jeudi pour six mois l'île touristique de Boracay afin de permettre notamment la construction de réseaux de traitement des eaux usées.

Cette fermeture très controversée s'est faite en présence d'un important dispositif de sécurité. Des policiers armés de fusils d'assaut ont été déployés aux points d'entrée de cette île minuscule très fréquentée et victime de son succès.

Le chef de la police régionale Cesar Binag a déclaré à l'AFP que la fermeture a commencé après minuit, les touristes se voyant refuser l'accès à bord du ferry, principale voie d'accès à l'île.

"Boracay est officiellement fermée aux touristes. Nous ne fermons pas les établissements mais les touristes ne peuvent plus venir. Nous mettons en oeuvre la décision du président", a déclaré M. Binag.

Quelque 600 policiers ont été déployés pour éviter tout débordement.

"On a l'impression d'être en état de guerre", a déclaré mercredi soir à l'AFP Jessica Gabay, vendeuse dans une épicerie. Elle estime que "les autorités font peut-être ça pour instiller la peur afin que les gens se conforment au règlement".

Une "fosse septique" selon Duterte
Le président philippin Rodrigo Duterte a ordonné cette fermeture après avoir qualifié l'île de "fosse septique", accusant les hôtels et bars de l'île de déverser directement leurs eaux usées dans la mer.

Selon le ministère de l'Environnement, 195 commerces et 4.000 particuliers de l'île ne sont pas connectés aux réseaux d'égouts.

Au cours de cette fermeture, seuls les quelque 40.000 résidents pourront en produisant leur carte d'identité monter à bord des ferrys pour se rendre sur l'île.

© reuters.
© afp.
© reuters.
© ap.
© ap.
© ap.

Par: rédaction 26/04/18 - 11h38