Manifestation à Bruxelles: 82 arrestations au total

© afp.

La police a arrêté 82 personnes vendredi dans le cadre de la manifestation des gilets jaunes qui s'est déroulée à Bruxelles. Septante-six d'entre elles ont fait l'objet d'arrestations administratives tandis que les six autres ont été arrêtées judiciairement, indique samedi Ilse Van de keere, porte-parole de la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles.

Parmi les six personnes arrêtées judiciairement, l'une est suspectée d'avoir commis des faits de port d'arme et une autre est suspectée de dégradations volontaires. La troisième personne a été aperçue en possession de produits stupéfiants et a reçu une convocation pour une audition ultérieure par les services de police.

Incendie des véhicules de police
Un mineur bruxellois de 17 ans a été interpellé, il est soupçonné d'être impliqué dans l'incendie des deux véhicules de police, détaille samedi le parquet de Bruxelles. Le jeune homme qui est inconnu de la police et de la justice, a été mis à la disposition des autorités judiciaires et sera entendu dans le courant de l'après-midi. Selon les premiers éléments de l'enquête, il ne nie pas avoir participé au renversement des véhicules. 

Un homme âgé de 36 ans originaire de Charleroi, arrêté judiciairement, est suspecté de rébellion et de coups et blessures sur agents ayant entrainé une incapacité de travail de 14 jours. Il est soupçonné d'avoir jeté des pavés sur les policiers et sera lui aussi entendu ce samedi après-midi.

Blocages vendredi soir
Vendredi soir vers 20h30, trois gilets jaunes se sont encore emparés de chevaux de frise et les ont installés rue Royale, place des Palais et place Royale, bloquant ainsi cinq trams et trois bus. Les trois auteurs ont été interpellés.

Pavés arrachés
Au cours des différentes actions des gilets jaunes qui se sont tenues plus tôt dans la journée en divers points de la capitale, deux véhicules de police ont été incendiés. Les principaux dégâts occasionnés à la voirie ont été constatés à l'angle des boulevards du Régent et Lambermont, ainsi qu'à celui du boulevard du Régent et de la rue de la Loi. Des pavés ont été arrachés sur plusieurs mètres carrés pour servir de projectiles. Des panneaux de signalisation ont également été arrachés pour servir de projectiles ou de barricades, de même que du matériel de chantier.

Task force judiciaire
"Comme lors des émeutes de novembre 2017, nous allons à nouveau mettre en place une task force judiciaire afin d'identifier les suspects sur base des images dont nous disposons. Un appel sera bientôt lancé afin de demander aux personnes qui disposent d'images des troubles, de nous les envoyer à l'adresse zpz.polbru.info@police.belgium.eu", précise Ilse Van de keere.

Par: rédaction 1/12/18 - 13h33