Mounir Attallah dit avoir vu Mehdi Nemmouche "vingt-cinq minutes maximum"

© photo news.

Mounir Attallah a déclaré qu'il n'avait vu que brièvement Mehdi Nemmouche le 24 avril 2014 à Marseille. "Je ne l'avais plus vu depuis quatre ou cinq ans. Ce qui m'a frappé c'est qu'il n'avait plus de barbe", a-t-il relaté. "On s'est vu vingt-cinq minutes maximum. Il ne m'a pas parlé de sa vie".

Mounir Attallah n'en a pas dit plus que dans ses dernières déclarations devant les enquêteurs, vendredi après-midi devant la cour d'assises de Bruxelles. Celui-ci, qui avait été inculpé dans le dossier de l'attentat au Musée juif de Belgique tout comme Nacer Bendrer et Mehdi Nemmouche, a été entendu comme témoin.

Mounir Attallah ne conteste pas avoir vu Mehdi Nemmouche à Marseille le 24 avril 2014, après que ce dernier avait repris contact avec lui le 9 avril 2014. Il n'a également pas contesté lui avoir donné le numéro de Nacer Bendrer.

Pour le reste, le témoin a assuré que Mehdi Nemmouche ne lui avait dit ni pourquoi il venait à Marseille ni d'où il venait, et qu'il ne lui avait pas dit non plus pourquoi il voulait obtenir le numéro de Nacer Bendrer.

Attallah aurait refusé de venir chercher Nemmouche
"Il m'a demandé de venir le chercher dans le quartier de Bonneveine et de le conduire dans le quartier de La Valentine. Je ne l'avais plus vu depuis quatre ou cinq ans. Ce qui m'a frappé c'est qu'il n'avait plus de barbe", a-t-il dit.

"Ce qui m'a paru bizarre aussi c'est qu'il a éteint son téléphone", a-t-il ajouté.

"Je lui ai demandé s'il voulait aller manger. Il n'avait pas faim. Il m'a dit 'non, on va faire un tour à la Valentine'. On s'est dit qu'on se reverrait plus tard au soir, puis au soir moi j'étais avec ma femme. Il venait pour des vacances, tranquille. On s'est vu vingt-cinq minutes maximum. Il ne m'a pas parlé de sa vie. Il ne m'a pas demandé d'arme", a-t-il dit.

Mounir Attallah a encore ajouté qu'il avait appris les faits du Musée juif par la télévision mais qu'il ne connaissait rien à cette affaire. Lors de son dernier échange téléphonique avec Mehdi Nemmouche, deux jours après la tuerie, l'accusé lui a seulement demandé de venir le chercher à la gare de Nice, ce qu'il a refusé.

Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles d'être auteur et co-auteur de l'attentat commis au Musée juif de Belgique le 24 mai 2014.

Bendrer ni radicalisé ni actif dans les armes, selon Attallah

Nacer Bendrer n'était ni radicalisé ni actif dans les armes, selon son ami Mounir Attallah

Selon le directeur de la prison de Salon-de-Provence, où Mounir Attallah, Nacer Bendrer et Mehdi Nemmouche étaient tous les trois incarcérés en 2009 et 2010, les deux derniers faisaient partie d'un réseau de détenus radicalisés et prosélytes.

Mounir Attallah, qui avait été inculpé dans le dossier du Musée juif avant de bénéficier d'un non-lieu, a cependant affirmé que son ami d'enfance Nacer Bendrer, avec lequel il jouait au football depuis leur plus jeune âge, n'était pas un musulman radical.

Le témoin a aussi assuré, devant la cour d'assises, qu'il n'avait jamais vu le co-accusé avec des armes et qu'il ne sait donc pas pourquoi Mehdi Nemmouche se serait tourné vers lui pour obtenir une kalachnikov. "Bendrer, il est comme moi, tranquille, il ne cherche pas la bagarre."

Mounir Attallah a encore précisé qu'il n'avait jamais fréquenté le pavillon de Ceyreste, à l'est de Marseille, où Nacer Bendrer a été interpellé en possession d'armes le 9 décembre 2014. Ce logement appartenait à Johan Perrin, un individu également actif dans le trafic de voitures, selon le témoin, qui avait été appréhendé le même jour que son ami.

Par: rédaction 8/02/19 - 16h13