Un topper fou et Anderlecht se remet à rêver

© photo news.

La réussite et la domination étaient anderlechtoises cet après-midi sur la pelouse du Jan Breydelstadion. Globalement plus entreprenants, mais aussi plus consistants, les Mauves sont allés chercher un très précieux succès sur la pelouse du Club de Bruges (1-2). Empruntés, en manque d'inspiration, les Brugeois sont véritablement passés à côté de leur rencontre. Le Sporting en a profité grâce à Lukasz Teodorczyk (62e) et Ryota Morioka (73 e). On voyait Anderlecht aller chercher la victoire, mais le but de Diaby aurait pu tout changer. Avec leur public dans le dos, les Brugeois ont poussé jusqu'au bout, mais le Sporting a tenu bon et voilà le championnat complètement relancé.

Le match

Avec l'arbitrage en toile de fond
Malgré une petite pression brugeoise dans le premier quart d'heure, il aura fallu attendre 20 minutes de jeu pour voir les premières occasions de la partie. Et c'était surtout la première période des gardiens. Gabulov d'abord, qui a dû sortir le grand jeu devant Teodorczyk et Markovic, avant que le Club de Bruges ne se réveille et ne fasse passer un sale quart d'heure à Matz Sels. Mais le gardien des Mauves s'est montré intraitable avec deux belles parades et surtout un arrêt décisif juste avant la pause. Pour finir, c'est sur décision arbitrale que le Club aurait pu prendre les devants, mais après avoir revu les images, Monsieur Visser a finalement décidé de ne pas accorder un penalty à Bruges pour une main dans le rectangle de Josué Sa. Le bras était le long du corps, on ne peut donc que valider la décision de l'arbitre de la rencontre.

On n'aura par contre pas la même analyse sur le but d'ouverture inscrit par Teodorczyk à l'heure de jeu, sur une belle erreur de Gabulov, mais aussi en profitant d'une très légère position de hors-jeu. Quelques centimètres à peine, mais les Brugeois n'ont sûrement pas oublié le but de Diaby annulé au match aller. Pourquoi le VAR n'est pas intervenu? Question qui restera certainement sans réponse. En attendant, les conséquences sont grandes pour le Club de Bruges qui a payé cher ses erreurs et qui s'incline à la maison pour la première fois depuis deux ans et demi.

© photo news.
© photo news.
© belga.
© belga.

Le moment marquant

"L'incroyable" bug du VAR
Parfois critiquée, souvent discutée, l'assistance vidéo a encore fait des siennes cet après -midi en Jupiler Pro League. Un problème technique a été à l'origine du décalage du coup d'envoi. Alors qu'ils étaient prêts à monter sur la pelouse, les joueurs ont donc été obligés de retourner au vestiaire. Des images assez cocasses mais qui n'ont pas amusé tout le monde. A l'image de Philippe Albert, très critique sur les antennes de Voo Sport. « On demande aux arbitres d'être plus professionnels, mais quand on voit ça, que dire ? C'est incroyable, c'est un criant manque de professionnalisme », s'est énervé l'ancien Anderlechtois, aujourd'hui consultant.

Monsieur Visser n'a pas fait un mauvais match, mais l'arbitrage restera au centre des discussions après cette rencontre. © photo news.

L'homme du match

Lazar Markovic
On aurait pu épingler les prestations de Lukasz Teodorczyk ou de Ryota Morioka, tous deux buteurs, mais c'est Lazar Markovic qui ressort comme l'un des hommes forts de cette rencontre. A l'origine de toutes les actions dangereuses anderlechtoises, surtout en première période, mais aussi très précieux défensivement. Il ne rechigne pas à la tâche et n'hésite pas à venir prêter main forte à ses partenaires quand c'est nécessaire.

© photo news.

La stat

48
C'est un petit exploit qu'a réalisé Anderlecht sur la pelouse brugeoise. Tout le monde le sait, il est très difficile d'aller gagner à Bruges. Cela faisait près de deux ans et demi que les Blauw en Zwart n'avaient plus perdu chez eux en championnat. Anderlecht a mis fin à une série de 48 matchs sans défaite au Jan Breydelstadion des Brugeois.

© belga.

Le tweet

© belga.

La déclaration

 
C'est incroyable, c'est mon 600e match, je reviens de nulle part et c'est la plus belle victoire de ma carrière. Pour gagner ici, il faut un peu de chance, on en a eu. Mais on doit rester calme, on ne va pas parler du titre maintenant, on verra bien où on sera dans deux semaines.
Olivier Deschacht
© belga.

La question

Et maintenant?
Il reste trois matchs à jouer pour Anderlecht et Bruges, et le Standard ne peut pas encore être écarté de la course au titre. Si les Rouches s'imposent ce soir, on aura trois équipes en quatre points. Autant dire que le Club de Bruges a très chaud et que le titre, qu'on pensait jouer depuis bien longtemps, pourrait bien échapper à Ivan Leko et ses hommes. Il faudra en plus se remettre de cette défaite pour les Brugeois qui n'ont gagné que deux fois en six rencontres depuis l'ouverture des playoffs 1. Bref, rien n'est fait et jamais le suspense n'a semblé être aussi grand dans ce championnat version 2017-2018.

Par: rédaction 6/05/18 - 16h44