"115 ans, c'est dur à avaler", les confessions de la doyenne des Français

Lucille Randon, alias soeur André, fête aujourd'hui ses 115 ans. Elle est la doyenne des Français et la troisième à l'échelle mondiale. Elle a confié la dure réalité de cet âge canonique à France Inter.

Née le 11 février 1904 à Alès, dans le Gard, Lucille Randon ne voit plus très bien et n'entend plus grand-chose mais demeure encore parfaitement lucide sur sa situation et son âge extrême. France Inter est allé à sa rencontre pour une interview assez inhabituelle. 

"Dur à avaler"
Avoir 115 ans, c'est "dur à avaler", raconte-t-elle sans détour: "Je ne peux plus marcher, je ne peux plus manger seule, je suis tout à fait dépendante et ça ne me plaît pas (...) On ne dort pas bien parce qu'on a toujours mal quelque part, ce n'est pas rigolo", précise-t-elle dans un portrait très honnête de sa remarquable longévité. 

Le plus beau jour de sa vie
Son plus beau souvenir reste le retour du front de ses deux frères lors de la guerre 14-18 et ses terribles tranchées. Même si l'un était "gravement blessé", elle était "tellement heureuse" de les revoir vivants. 

"115 ans? Aucune fierté"
De cette "performance" louée par les autres, elle ne tire "aucune fierté" personnelle. Elle préférerait "être la plus jeune" et regrette de ne plus pouvoir "lire, broder, tricoter": "Tout ça me manque". 

115 ans et trois guerres
Elle ne semble pas très enthousiaste à l'idée de fêter son anniversaire et de l'attention médiatique qu'elle suscite: "Dans le temps, j'étais très heureuse (...) mais maintenant je suis trop fatiguée", admet celle qui a connu "trois guerres". La guerre d'Algérie et les deux guerres mondiales.

De la vie, elle n'attend plus rien, si ce n'est de la quitter en paix: "115 ans c'est suffisant, j'espère que le Bon Dieu me prendra cette année", conclut-elle. 

Un entretien à découvrir sur le site de France Inter

Par: rédaction 11/02/19 - 12h47