Une menace terroriste potentielle dans l'espace aérien du Benelux

© belga.

Une menace terroriste potentielle a été détectée en 2018 dans l'espace aérien du Benelux, a indiqué mercredi en commission de la Chambre le ministre de la Défense Steven Vandeput. Il est apparu finalement que le pilote avait sélectionné un mauvais code de transpondeur, a-t-il précisé en réponse au député Veli Yüksel (CD&V).

Les Etats du Benelux surveillent à tour de rôle leur espace aérien commun depuis 2017. La Belgique est à la manoeuvre jusqu'au 13 septembre à la suite de quoi les Pays-Bas reprendront le flambeau pour quatre mois. Les opérations se déroulent selon des plages de 24 heures au cours desquelles 2 appareils sont mobilisés alors que 2 pilotes restent en stand-by. Selon le ministre Vandeput, la collaboration entre les Pays-bas et la Belgique permet d'économiser 250.000 euros par an.

En 2017, les avions ont été activés à neuf reprises, à chaque fois en raison d'une perte de la communication radio. Aucun avion russe n'a été intercepté durant cette même année. En revanche, en 2018, le 15 janvier, deux avions russes ont bel et bien été interceptés.

Six avions ont déjà été activés depuis le début de l'année et à trois reprises, les F-16 belges ont dû décoller; il y a aussi eu autant de fausses alarmes détectées avant que les F-16 ne doivent décoller. En 2017, les opérations ont eu lieu à quatre reprises dans l'espace aérien belge, une seule fois cette année. Jamais une opération n'a été menée dans l'espace aérien luxembourgeois.

Par: rédaction 13/06/18 - 16h14