Arrêtez de relayer des chaînes sur Facebook

© reuters.

On pensait qu'elles avaient disparu mais elles ont juste pris une autre forme: les chaînes de désinformation continuent en effet à sévir, désormais principalement sur Facebook.

À la fin du siècle passé, elles consistaient en un e-mail gentiment douteux invitant son destinataire à diffuser le message au plus grand nombre sous peine d'être foudroyé dans l'heure: les chaînes de lettres ont fait rire des générations de jeunes connectés de la première heure et berné des millions de tontons mal informés. Aujourd'hui, c'est sur Facebook que le canular revit une seconde jeunesse. 

- Attention, Facebook va devenir payant si vous n'envoyez pas ce message à 256 personnes dans les plus brefs délais

- Votre compte Facebook a été piraté ==> instructions à suivre ici

- N'acceptez surtout pas le contact JeanChelou642, il s'agit d'un dangereux virus

Et ainsi de suite...  Autant d'exemples relayés à gogo par des utilisateurs qui ne se donnent pas trop la peine d'en savoir un peu plus sur la mission qu'on leur refile.

"De fortes chances que ce soit faux"
"Si vous avez reçu un message d'un ami vous informant que votre compte Facebook a été piraté, respirez un grand coup et ne paniquez pas. Il y a de fortes chances pour que cela soit faux", rappelle à juste titre le magazine spécialisé Numerama, relayant un article du Washington Post

La plupart du temps, le canular prend la forme d'un message privé envoyé par un ami, voire un inconnu. Il vous informe qu'il a reçu une invitation de votre part et vous signale que votre compte a sans doute été piraté avant de vous inviter à transmettre cet avertissement à votre liste de contacts. 

Vérifications d'usage
"Il s'agit simplement d'une (énième) chaîne Facebook, qui surfe sur l'inquiétude des utilisateurs de se voir usurper leur identité un jour", observe Numera. Attention, il est POSSIBLE d'être victime de ces pratiques mais ce n'est certainement "pas une fausse chaîne qui vous en avertira", ajoute le magazine. Le site conseille dès lors de vérifier s'il existe d'autres comptes au nom de l'expéditeur. En cas de "clonage" constaté (plusieurs comptes au même nom), il suffit de le signaler à Facebook

Dans tous les autres cas, il convient de ne pas répandre inutilement la désinformation et la paranoïa sur le réseau...

Par: rédaction 11/10/18 - 13h00